Pour reconnaître un pogona mâle d'un pogona femelle, il faut retourner délicatement l'animal et observer son abdomen

Pogona mâle/femelle : comment les reconnaître ?

Le pogona attire aujourd’hui l’attention de beaucoup de personnes passionnées par les reptiles. Comme plusieurs autres espèces du règne animal, il existe des mâles et des femelles du pogona. Ceux-ci ne sont pas faciles à distinguer. Découvrez ici des astuces pour les différencier.

Comment identifier un pogona mâle d’un pogona femelle ?

Le pogona mâle et le pogona femelle ont des traits de ressemblance presqu’identiques. Il faut être très observateur pour apprécier le sexe de ce lézard atypique. Plusieurs données vous aident à déterminer le sexe du reptile.

La taille et la largeur globale du reptile

La première caractéristique à observer est la taille du pogona. Un spécimen plus grand est généralement signe qu’il s’agit d’un mâle : en efffet, le pogona mâle se distingue par sa taille assez remarquable. A l’âge adulte, ce dernier peut atteindre 50 cm ! Il est plus grand que le pogona femelle qui présente un aspect plus effilé et moins massif.

Contrairement à la femelle, le pogona mâle possède une tête et une queue assez larges. La largeur de certaines parties du corps du pogona mâle est liée à la présence de l’hémipénis, l’organe reproducteur du mâle.

L’organe reproducteur pour distinguer mâle et femelle pogona

L’hémipénis est l’organe sexuel chez plusieurs reptiles. Présent uniquement chez le pogona mâle, il se caractérise par une ornementation complexe couverte d’épines kératisées. La présence de cet organe est un critère infaillible de détermination du sexe du pogona. L’hémipénis est perceptible grâce aux deux renflements au-dessus du cloaque. Chez la femelle par contre, vous n’observerez qu’un seul renflement au centre sur le bord supérieur du cloaque.

Pour vérifier le sexe de l’animal, vous aurez besoin de le retourner (doucement !) pour scruter le dessous de sa queue. Il est cependant déconseillé de le soulever par la queue au risque de lui briser la colonne vertébrale. L’organe sexuel peut être difficilement identifiable. Ce problème se pose notamment chez ces reptiles très jeunes. C’est pour cette raison qu’il faut généralement attendre que le pogona ait au moins 1 an pour déterminer avec certitude à son sexe. C’est en effet à partir de cet âge que ce reptile arrive à la maturité sexuelle.

Chez le pogona juvénile, ces organes sont pratiquement invisibles à l’œil nu, ce qui rend la tâche de sexage difficile. Il existe quand même la technique de la lampe torche pour vous aider. A la naissance, avec une lampe torche puissante, vous pouvez observer les organes génitaux qui sont encore visibles, la peau du pogona pouvant s’avérer presque transparente à la lumière. Cette technique est efficace et sans aucune douleur pour votre agame barbu.

Scrutez la face interne des cuisses de votre pogona

En plus de ces organes sexuels, le sexe d’un pogona peut être identifié à partir de l’observation de ses cuisses. Lorsque vous êtes en présence d’un pogona mâle, vous pouvez constater à l’intérieur de cette partie de son corps des pores fémoraux. Ceux-ci permettent de sécréter une substance blanchâtre qui lui permet de marquer son territoire.

La couleur de peau est un indice intéressant

Vous pouvez également établir le sexe de ce reptile à partir de la couleur de sa peau. Les mâles se distinguent des femelles par une couleur de peau très vive. Cette vivacité de couleur est plus prononcée au cours de la saison des amours. Toutefois, cette couleur peut devenir moins vive lorsque le pogona mâle séjourne à l’ombre pendant un bon moment. La régulation de sa température interne influe en effet sur la couleur de sa peau.

Un pogona mâle adulte risque fort d'épuiser une pogona femelle unique à force d'ébats sexuels

La présence d’une barbe pour reconnaître un pogona mâle

En dehors de toutes ces caractéristiques, le pogona mâle présente une petite barbe. Cette barbe qui est absente chez la femelle est un critère pour déterminer le sexe de l’animal.

Pogona mâle / femelle : peuvent-ils cohabiter dans un même terrarium ?

Le terrarium est un abri artificiel qui est imite le cadre de vie naturel de certaines espèces animales. Le terrarium du pogona est spécialement réalisé pour lui offrir un confort conforme à son état sauvage. Vous pouvez lire à ce sujet notre guide complet sur le terrarium pour pogona. Il est donc important que cet abri soit spacieux avec des souches d’arbres, des terriers abandonnés, des amas de pierres, de l’obscurité et des rayons de lumières. Comme le pogona est un lézard déserticole, son terrarium doit être sec et dépourvu de végétation.

En règle générale, la cohabitation n’est pas chose aisée entre ces animaux au sein desquels il y a une forte hiérarchie. Cependant, entre pogonas de sexe opposé, le vivre ensemble est bien possible en suivant quelques règles. En effet, si vous faites cohabiter un mâle et une femelle, la femelle pogona peut rapidement vivre un supplice, le mâle étant naturellement débordant d’énergie et a une forte capacité reproductrice. Ce qui fait qu’il voudra très souvent s’accoupler avec la femelle.

Cette cohabitation conduit généralement à un fort stress pour cette dernière. En cas de refus d’assouvir les désirs sexuels du mâle, elle peut subir des acharnements pouvant causer des cas de fatigue extrême. Ces cas de fatigue et même d’épuisement sont liés aux tactiques d’approche du mâle. Le pogona commence généralement par des parades nuptiales accompagnées de hochements de tête verticaux, un déploiement de la barbe et des battements de queue. Si la femelle ignore ses appels, le mâle procède par des morsures à la base de la queue ou à la nuque et des griffures dans le dos.

Pour pallier ces cas, il est possible d’associer un mâle avec plusieurs femelles dans le terrarium. Il se dépensera sur chacune d’elles et un équilibre de vie s’installera peu à peu. Comme les pogonas sont des reptiles solitaires, vous pouvez également choisir de mettre les deux sexes opposés ensemble en période de reproduction, les pogonas pourront ainsi s’accoupler durant quelques jours. Ensuite, séparez-les pour permettre à la femelle d’avoir une vie normale. Le début du printemps est le moment idéal pour le faire. Il est de même important que ces animaux soient de la même espèce. A défaut, vous exposez la femelle à des risques de cannibalisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *